top of page
Note d'intention

Paris, 2014. Je vis dans un 13 mètres carrés à 1500 km de « chez moi » et je porte en moi tous les rêves du monde. Je ne suis qu’une [femme] de plus au milieu des 910 000 Portugais qui, dans cette ville, recherchent la même chose que moi. Quelque chose de mieux que ce qu’ils avaient avant. Une vie, un travail ?


Chez un libraire, je trouve le livre de Nicole Caligaris, que j’avoue ne pas connaître en tant qu’auteur, mais qui m’attire par le titre: LES SAMOTHRACES (inspiré de la statue éponyme de l’île grecque).
Je me plonge dans les mots et les silences de cette aventure sans départ ni destination connue, écrite dans une langue qui n’est (était) pas la mienne – et qui ne le sera peut-être jamais vraiment. Dans cette ode au mouvement, mon cœur est touché par la tragédie de ceux qui continuent à marcher sans avoir où aller. Je m’identifie aux trois femmes qui portent l’histoire de millions de personnes anonymes et clandestines qui tentent de refaire leur vie dans un autre pays.


À Paris, en 2014, je me promets qu’un jour j’utiliserai la prose poétique de Caligaris dans un spectacle ou une performance. A Loulé, en 2022, il me semble, plus que jamais, VITAL, de tenir cette promesse. Trop de choses sont arrivées dans le monde (que cette épopée écrite en 2000, d’une certaine manière, semblait présager) pour attendre plus longtemps.

Il y a eu la crise migratoire, Moria, une pandémie, le monde s’est enfermé, les plus vulnérables ont encore plus souffert. Aucun changement à Gaza ou en Iran, les questions de genre continuent à être taboues. Le changement climatique reste inchangé. Il y a eu l’Afghanistan et les femmes sont  l’objet de pitié ou de honte, il y a eu les millions d’euros d’aide aux réfugiés et migrants détournés. L’inégalité des salaires persiste ainsi que l’extrême pauvreté de 50 millions de femmes en plein XXIe siècle. Et maintenant, la guerre en Ukraine. Des centaines de milliers de femmes en fuite avec leurs enfants. La plus grande vague de réfugiés en Europe depuis la 2e Guerre mondiale. Comment ne pas être une SAMOTHRACE ?


De retour à mon point de départ (le Portugal), je crois, plus que jamais, que l’Art et la coopération artistique internationale sont fondamentaux pour parler du présent et exposer certains sujets clés pour notre avenir. J’ai besoin de m’associer avec urgence à ceux qui veulent dire la même chose que moi, car si nous sommes nombreux (ou dans ce cas nombreuses) même dans des langues différentes, peut-être pourrons- nous mieux nous faire entendre.


Carolina Santos (Direction artistique et interprétation)

Synopsis

Chant de survie, manifeste d’une horde en mouvement, SAMOTHRACES est le cri de trois femmes qui s’accrochent à leur besoin de migrer.  

 

Sissi, la plus jeune, cherche la célébrité à l’étranger.  

 

Sandra, une mère veuve, veut échapper à un nouveau mariage forcé et offrir un avenir à sa fille.  

 

Pepita, qui a passé sa vie au service des autres, cherche un autre dénouement à sa vie.


Ce sont trois femmes qui veulent la même chose : partir. Poussées par la conviction d’un meilleur avenir, elles voient leur rêve disparaître dans un voyage cruel. Un rêve réduit à l’instinct de survie. 


Le doute s’installe, ont-elles vraiment le droit de partir?


Le mouvement est le moteur de ce spectacle trilingue (pt/fr/es) axé sur l’action de migrer, le déplacement entre des pays qu’on ne nomme jamais, et dans lequel trois actrices donnent vie à la narration implacable de Nicole Caligaris, entrecroisant fiction et réalité, en utilisant les témoignages de femmes immigrées en Algarve, Portugal. 

REGARDER VÍDEO DOC AQUIVO SAMOTRÁCIAS

Fiche Art. et Technique

 FICHE TECHNIQUE E ARTÍSTIQUE

 

SAMOTHRACES, à partir du texte éponyme de Nicole Caligaris
Co-création et interprétation Carolina Santos, Letícia Blanc et Ulima Ortiz  

Direction artistique  Carolina Santos

Scénographie, costumes et lumière  Eduardo Jiménez Cavieres

Accompagnement artistique Ricardo Correia et Alexandra Guarín

Compositions sonores et originales Marco Martins

Photographie et vidéo João Catarino

Interviewées vidéo  Cristina Lourenço, Divina Almondes, Emília Amaral, Fátima, Iulia, Jexemery Freitez, Leirer Menezes, Manuela Silva, María Angel Baile, Olena Starukh, Saliha Karzazim, Solange Silva, Solomiya Motsiak, Tatiana S.

Voix-off Arthur Dumas et Clara Rousselin

Construction décors et costumes Ana Karina Inês

Dir. technique et régie lumière Mafalda Oliveira

Régie son et vidéo Samuel Beckman  

Directeur de production Pedro Silva

Diffusion à l’internationale Sandrine Crisostomo

Médiation Patrícia Amaral

Production et communication Ana Palmeiro

Réseaux sociaux Martim  

Coproduction Mákina De Cena, Fundación Teatro Libre de Bogotá | Portugal — Colombie — Chili Soutenus par  Ville de Loulé, Fonds Iberescena,  Auditorium Carlos do Carmo —Ville de Lagoa, IPDJ Faro, Fundación Santiago Off,

First Round — International Creative Platform, ACM – Alto Comissariado para as Migrações, CNAIM Faro, Fondation António Aleixo,

Casulo — Laboratoire d’innovation sociale de Loulé, Vamus, Loulecopy

Durée 70 min. (environ)  

Âge + 14 ans


Mákina de Cena est une structure soutenue par la République portugaise - Culture / Direction générale des arts et la Ville de Loulé.

Dates

Dates passées:

21 et 22 Octobre 2022 | Cineteatro Louletano | Loulé

24 et 25 Octobre 2022 | Auditório Carlos do Carmo | Lagoa

28 et 29 Octobre 2022 | Auditório IPDJ | Faro

12 et 13 Novembre 2022 | Festival Solos Ibéricos - Teatro Ibérico | Lisboa

8 et 9 Avril 2023 | Résidence André de Gouveia - CIUP | Paris, FRANCE

19 et 20 de Mai 2023 | Teatromosca - AMAS | SIntra

17 Juin 2023 | Cidade PREocupada - Casa Branca | Montemor-o-Novo

27 Juin  2023 | Festival Internacional de Teatro do Alentejo | Beja

15 Juillet 2023 | Oficina Municipal de Teatro | Coimbra
05 Août 2023 |
Festival Túnel 8 - MUDAS | Calheta, Madeira

Prochaines dates:

Janvier 2024 | Chili

Novembre 2024 | Esmoriz

Vidéo teasers
Photos
bottom of page